L'art

Le retour de l’Actionnisme viennois

Kunst: Wiener Aktionismus
L'art : L'actionnisme viennois L'art : L'actionnisme viennois L'art : L'actionnisme viennois

L'art : L'actionnisme viennois

 

Art : Le retour de l’Actionnisme viennois 

(Par  Stefanie Appel)

 

L’Actionnisme viennois des années 1960 fait son grand retour. Trois expositions – une à Berlin, une à Vienne et une à Munich – mettent à l’honneur ce courant briseur de tabous qui a incarné une des phases les plus radicales de l’histoire de l’art. 

Le coup d’éclat originel a lieu en 1965 dans la capitale autrichienne : recouvert de la tête aux pieds de peinture blanche, le jeune artiste viennois Günter Brus, tente de se rendre du Heldenplatz à la cathédrale Saint Etienne. Il n’y parvient pas, la police l’interpelle pour trouble à l’ordre public. Ce qui n’empêchera pas Günter Brus de repousser toujours plus loin les limites de cet « abandon du cadre ». Si, au début, le corps fait office de toile, peu à peu, il se mue en champ de bataille. Lors de ses performances, l’artiste accumule les mutilations, quand il n’urine ou ne défèque pas en public. 

L’exposition qui se tient à Vienne établit des parallèles entre cette forme extrême de body art des années 1960 et l’expressionisme viennois d’un Schiele ou d’un Kokoschka. Une mise en lumière qui fait échapper l’art moderne viennois au caractère décoratif auquel beaucoup l’associent aujourd’hui. Et qui confère à l’actionnisme, courant épinglé comme art du scandale, une filiation historique « sérieuse ». 

Mais que peut bien nous dire cet art corporel aujourd’hui ? 

Metropolis rencontre deux figures majeures du mouvement : Günter Brus et Hermann Nitsch, présents à Berlin et à Munich à travers des expositions monographiques. 

Par  Stefanie Appel

Expositions :

Jusqu’au 8 mai : « ExistenzFest. Hermann Nitsch und das Theater »

Villa Stuck  - Munich

Jusqu’au 16 mai : « Körper, Psyche und Tabu. Wiener Aktionismus und die frühe Wiener Moderne »

mumok – museum moderner kunst stiftung ludwig wien Vienne 

Jusqu’au 6 juin : « Günter Brus. Störungszonen »

Martin-Gropius-Bau - Berlin