l'histoire

l'Histoire : les Malgré-Nous

Karambolage 372 - 8 novembre 2015
Vous savez certainement qui sont les Malgré-Nous. Mais peut-être que nos amis allemands ne les connaissent pas, ces Malgré-Nous ? Elsa Clairon nous rafraîchit la mémoire…
KARAMBOLAGE N°372 - les Malgré-Nous
l'Histoire : les Malgré-Nous l'Histoire : les Malgré-Nous l'Histoire : les Malgré-Nous

 

Voici un soldat de la Wehrmacht, l’armée allemande durant la seconde guerre mondiale. Et celui-ci est aussi un soldat, il appartient à la Waffen-SS, les troupes d’élite du régime nazi. S’agit-il de soldats normaux ? Pas tout à fait, l’un et l’autre sont des Malgré-Nous. En bon allemand « wider unseren Willen ».

En 1940, l’armée française est défaite, l’Allemagne occupe une bonne partie de la France et notamment l’Alsace-Lorraine. Fin 1940, le régime nazi va plus loin et annexe carrément ces deux régions, les voici allemandes. Si dans un premier temps, les autorités allemandes n’osent pas franchir le pas, à partir de 1942, elles commencent à faire une propagande active pour inciter les Alsaciens et les Lorrains à s’engager dans l’armée allemande. Mais personne ne répond à l’appel. Aussi l’armée allemande change-t-elle de tactique et déclare-t-elle le service militaire obligatoire pour les ressortissants de ces deux régions tout comme d’ailleurs pour les ressortissants de la Belgique ou du Luxembourg occupés également. Ces soldats français, belges ou luxembourgeois incorporés dans l’armée allemande pour aller se battre contre leurs compatriotes sont appelés les Malgré-Nous. Et leur sort est souvent dramatique.

malgres-nous3.jpeg

Si une partie des 130 000 Alsaciens et Mosellans sont incorporés dans la Wehrmacht, un bon nombre d’entre eux sont placés d’office dans la Waffen-SS qui, parce qu’elle effectue des missions très offensives, notamment sur le front de l’Est en Union Soviétique, perd beaucoup d’hommes et a un grand besoin de renouvellement. Certains Malgré-Nous fuient, rejoignent la résistance mais la répression allemande sur leur famille est terrible, pire ceux d’entre eux qui, à l’Est, se rendent à l’armée soviétique sont souvent considérés comme des déserteurs ou des espions et sont emprisonnés dans de redoutables camps de prisonniers quand ils ne sont pas immédiatement fusillés. Même chose en France où ceux qui se rendent à l’armée américaine de libération sont eux aussi souvent considérés comme des déserteurs. C’est que ni les Soviétiques ni les Américains n’ont connaissance de ce drame que vivent ces Malgré-Nous.

malgres-nous7.jpeg

Et après la guerre, leur sort ne sera pas plus enviable, ils sont injustement considérés comme collaborateurs avec l’ennemi nazi, et subissent l’épuration. Et ce qu’ils racontent de la vie en Union Soviétique et dans les camps d’internement déplait souverainement au parti communiste français qui ne manque pas de les attaquer avec vigueur. Lors du tristement célèbre massacre du village français d’Oradour sur Glane, treize Malgré-Nous faisaient partie des Waffen-SS qui exécutèrent la population, 13 recrutés de force et un engagé volontaire. Après guerre, les 13 Malgré-Nous furent condamnés aux travaux forcés et relaxés dans la foulée tandis que l’engagé volontaire fut condamné à mort et exécuté. Voilà la triste histoire des Malgré-Nous qui, finalement, ont connu une sorte de réhabilitation dans le cadre de la réconciliation franco-allemande initiée par le Général de Gaulle et le chancelier Adenauer.

malgres-nous10.jpeg

texte : Elsa Clairon
image : Jérémy Boulard & Paul Bourgois