Jean-Marc Landry / L'emploi selon Macron : les salariés perdants ?

Mercredi 10 janvier 2018
28 Minutes - 2017-2018 (96/220)
28 Minutes Jean-Marc Landry  : qui a peur du grand méchant loup ? / L'emploi selon Macron : les salariés perdants ? 28 Minutes

28 Minutes
Jean-Marc Landry / L'emploi selon Macron (10/01/2018)

Jean-Marc Landry  : qui a peur du grand méchant loup ? / L'emploi selon Macron : les salariés perdants ?

Qui a peur du grand méchant loup ?

maxmatinnews381562.jpg

« Aujourd’hui il est temps de faire la paix avec notre relation au loup et de changer notre regard car il en va de notre avenir. » Jean-Marc Landry en est convaincu, le loup a sa place parmi les hommes. Biologiste et éthologue suisse, il est passionné par les rapports qu’entretiennent les hommes et les loups et milite pour la survie de ce dernier à travers la cohabitation et la protection de la biodiversité. Le loup, premier animal à avoir été domestiqué, continue pourtant d’être victime de nombreuses idées reçues et autres superstitions, qui contribuent à sa disparition par les mains de l’homme.

Nous recevons ce soir Jean-Marc Landry, auteur de Le Loup, paru aux éditions Delachaux et Niestlé.

L'emploi selon Macron : les salariés perdants ?

capture_decran_2018-01-10_a_12.24.55.jpg

Certaines entreprises comme PSA et le Groupe Figaro se sont déjà saisies du nouveau mécanisme de rupture conventionnelle collective, appelée la RCC. Dans le cadre de la loi travail, ce dispositif veut renouveler les actuels plans de départs volontaires. La RCC permettrait à une entreprise de réduire ses effectifs sans en passer par un plan de sauvegarde de l'emploi (PSE). Mais ce nouvel outil ne peut être mis en place qu'avec l'accord de syndicats représentant une majorité de salariés.

Est-ce pour autant une porte ouverte aux licenciements et autres plans sociaux déguisés, comme le dénoncent certains syndicats ? Les salariés sont-ils perdants ?

Pour en débattre, nous recevons Catherine Perret, secrétaire confédérale de la CGT, Déborah David, avocate spécialisée en droit du travail et Bernard Vivier, directeur de l'Institut Supérieur du Travail.