Alain Corbin / Les entreprises sont-elles trop généreuses avec leurs actionnaires ?

Mardi 15 mai 2018
28 Minutes - 2017-2018 (185/220)
28 Minutes Un historien qui aime se rouler dans l’herbe / Les entreprises sont-elles trop généreuses avec leurs actionnaires ? 28 Minutes

28 Minutes
Alain Corbin / Les entreprises trop généreuses avec leurs actionnaires ? (15/05/2018)

Un historien qui aime se rouler dans l’herbe / Les entreprises sont-elles trop généreuses avec leurs actionnaires ?

Un historien qui aime se rouler dans l’herbe

10gettyimages-470545606.jpg

Notre invité de ce soir vous parlera de… l’herbe et son histoire !

Alain Corbin est un « historien du sensible », il aborde la matière du passé en s’éloignant volontairement de l’histoire des masses, des dogmatismes et de la fade lecture anachronique du passé, pour pénétrer la micro-histoire, les trajectoires individuelles et le sensible du ressenti personnel.

Dans son livre La fraîcheur de l’herbe, il rassemble les hommages à l’herbe de nombreux écrivains. De Ronsard à Giono, en passant par Francis Ponge, sans oublier Flaubert qui écrivait à sa maîtresse adultère Louise Collet : « On peut mettre un immense amour dans l’histoire d’un brin d’herbe ». Pour Alain Corbin, l’herbe traverse les époques et nous éclaire sur les sociétés qui la foulent. 

Retrouvez-le ce soir sur le plateau de 28’.

couvp1.jpg

Les entreprises sont-elles trop généreuses avec leurs actionnaires ?

sipa_shutterstock40629526_000003.jpg

La France est le pays du monde où les actionnaires touchent le plus de dividendes. C’est l’une des conclusions du rapport « CAC 40 : plus de profits, plus d’inégalités ? », publié par l’Oxfam et que l’ONG veut retentissant. Selon l’étude, les entreprises du CAC 40 ont versé les deux tiers de leurs bénéfices aux actionnaires depuis 2009, au détriment non seulement des salariés, mais aussi de l’investissement. Les salariés, eux, ne récoltent que 5% du pactole par le biais de l’intéressement et de la participation.

À l’heure de la (légère) reprise économique, nombre sont les voix qui appellent à un changement de paradigme économique, au nom de la justice sociale mais aussi de la stabilité économique du pays. Au sein même de la majorité, la politique de redistribution des profits de la croissance pose question et l’allié d’Emmanuel Macron François Bayrou appelle le président à augmenter la rémunération des heures supplémentaires et à développer la participation des salariés dans les entreprises.

On en parle avec l’économiste, membre des Économistes Atterrés Thomas Porcher, la responsable de plaidoyer justice fiscale et inégalités à Oxfam Manon Aubry, et l’essayiste et économiste Philippe Manière.

couvp2.jpg