Zoom

Les robots dans les séries

Manuel Raynaud
Une chronologie en vidéos de quelques moments robotiques savoureux de la télévision. De quoi tordre le coup à cette étonnante idée qui considère que la télévision ne se serait jamais intéressée à eux.

 

accroche_robots_series.jpg

1959 - Alicia ("La Quatrième Dimension")

Dans l'épisode 7 de la première saison, l'anthologie créée par Rod Serling dépeint un des tous premiers robots montrés dans une série télé. Sous les traits d'une femme, son rôle est de rendre moins désagréable la punition d'un criminel, condamné à vivre isolé du reste du monde sur un astéroïde pendant 50 ans. Le titre de l'épisode, "The Lonely" (Le Solitaire), trouve surtout résonance dans la chute de l'épisode... que je ne préfère pas vous dévoiler.
En 2001 dans l'épisode "Intervention", on retrouvera une utilisation légèrement détournée de la femme-objet-robot au travers du BuffyBot, la réplique robotique de Buffy.

1963 - Les Daleks ("Doctor Who")

Si l'aspect humanoïde de l'androïde était bien pratique aux débuts de la télévision où il était (un peu) compliqué de réaliser des effets spéciaux de qualité, plusieurs créateurs n'ont pas hésité à à imaginer des robots sans tête, sans jambe, mais uniquement avec des circuits imprimés. Sauf qu'en réalité, les Daleks ne sont pas véritablement des robots.

Ce sont des créatures mutantes qui se cachent au sein d'une sorte d'armure métallique pour se protéger (et surtout pour exterminer). Cette race a comme particularité d'être l'ennemi juré du Docteur Who et est apparue dès le deuxième épisode de la série.

 

1966 - Robby the Robbot ("La Famille Addams")

Robby the Robbot est l'un des robots les plus célèbres et est apparu dans de nombreuses œuvres. Si je l'ai classé dans la "Famille Adams", il a cependant également fait des apparitions bien plus tôt, et ce dès 1956 dans le film Planète Interdite. Mais on l'a également croisé dans La Quatrième Dimension, dans Perdus dans l'Espace et même dans La croisière s'amuse... !

 

1973 - Steve Austin ("L'Homme qui valait trois milliards")

Pour poursuivre une autre logique, dans la même dynamique que les Daleks, les créateurs de séries ont creusé l'alliance de l'intelligence, cette fois-ci humaine avec la force d'un corps métallique. C'est ce qui arrive par malchance, suite à un accident, au colonel Steve Austin. Il sera équipé de prothèses bioniques qui lui offriront des capacités physiques surhumaines. Trois ans plus tard naîtra dans le même genre "Super Jaimie" (titre original : "Bionic Woman").


Generique : L'homme qui valait 3 milliards par tartenpion333

1976 - Haven et Yoyo ("FutureCop et Holmes & Yo-Yo")

Avant la version cinématographique du super-flic super-robotique, aka RoboCop, apparu sur nos écrans en 1987, la télévision américaine avait déjà exploré le sujet, dès 1976, au travers de deux premières séries (d'autres viendront ensuite comme "Mann & Machine") : "Future Cop" dans lequel on découvre John Haven, prototype d'androïde biosynthétique.

Elle n'a pas duré bien longtemps même si elle donnera une sorte de suite, "Cops and Robin". L'autre série est "Holmes & Yo-Yo", où Yoyo était le surnom de Gregory Yoyonivich, le robot qui allait faire équipe avec l'inspecteur Alexander Holmes.

1978 - Cylons ("Battlestar Galactica")

Les Cylons font partie des robots les plus complexes. Ou plutôt, la société qu'ils engendrent est l'une des plus complexes. D'une série à l'autre (entre la version de 1978 et son reboot de 2003), leur origine diffère quelque peu : ils ont été conçus par une race reptilienne dans la première puis se sont rebellés et ont tué leurs créateurs, tandis qu'ils avaient été engendré par l'homme dans la seconde version.

Et là aussi, ils se sont rebellés et ont tué (ou presque ?) tous leurs géniteurs. Certains modèles ont l'apparence humaine et s'immiscent parmi nos semblables mais d'autres, comme les Centurion, sont complètement mécaniques.

1982 - KITT (K-2000)

Le robot peut aussi prendre la forme d'un objet de tous les jours. En l'occurrence, celui des fans de Sébastien Loeb, la voiture. KITT, pour Knight Industries Two Thousand (non, ce n'était pas du tout ridicule) ou bien pour Knight Industries Three Thousand (c'était le nom de la nouvelle version, lors du retour de K-2000 en 2008...) est un programme très intelligent sachant manier l'humour et la malice pour sauver Michael Knight des situations toujours très dangereuses. Ce n'est pas un grand moment mais c'est un souvenir impérissable... malheureusement.

 

Années 90 - Power Tetra Mega Rangers

Comment ne pas parler des robots dans les séries sans aborder les fameux Power Rangers (et ne parlons pas des Transformers qui existent depuis 1984). Les Power Rangers, c'est toute ma culture. Enfin, ils avaient surtout toute mon attention et mon admiration quand j'étais petiot. Et puis il y avait Alpha. Je ne sais pas si vous vous rappelez, c'était ce robot tout gentil qui aidait les Power Rangers à combattre les grands méchants (regardez cette vidéo, à partir de 5'38). Alpha était notamment connu pour sa réplique culte : Aïe-ya-ya-ya-yAïe.

 

2012 - Mimi (Real Humans)

Dans Real Humans, diffusée en janvier 2012 en Suède, on suit l'histoire de plusieurs groupes de robots : il y a d'abord les domestiques, qui servent essentiellement aux tâches quotidiennes comme faire le ménage ou aider les enfants à faire leurs devoirs. Il y a ensuite les rebelles, ceux qui se sont affranchis de leurs propriétaires en étant libérés par des hackers. Enfin, il y a l'entre-deux. Mimi, le personnage aux traits asiatiques, est de ceux-là. La série aborde plusieurs aspects, du libre arbitre (à partir de quand devient-on responsable et conscient de nous-même ?) jusqu'au radicalisme politique (les humains commencent à se méfier de ces robots qui leur piquent leurs boulots...).

De ce fait, si concrètement, Real Humans ne ressemble pas vraiment au space opera que représente la saga Battlestar Galactica et son reboot imaginé par Ronald D. Moore, elles posent pourtant toutes les deux la même question : est-ce que l'homme joue avec le feu en maniant l'intelligence artificielle qui anime ces robots jusqu'à la reproduction d'un comportement humain ? A priori, Real Humans est idéologiquement beaucoup moins biaisée que sa consœur américaine.

Mais n'oublions pas non plus Kryten (Red Dwarf), Lisa (de Code Lisa - oui, c'est un robot... virtuel !), Vicki (Petite Merveille), Data (Star Trek), les Bioman., Cameron (Terminator : Les Chroniques de Sarah Connor)… Et, évidemment, le plus utile d’entre eux, Roboz (Riptide).