Atelier

Le projections dorées de Joe Ramirez

Des rêves en or
Metropolis Träumen in Gold
Des rêves en or Des rêves en or Des rêves en or

Des rêves en or

Tout le monde a en tête ces images de fresques anciennes où des saints sont représentés sur fond d’or. Et tout le monde connaît le cinéma, cet art des images animées rendues visibles grâce à la lumière. Mais que se passe-t-il lorsque ces deux forment de représentations artistiques magiques se complètent et fusionnent et convergent ? Cette question, le peintre et restaurateur américain Joe Ramirez se l’est posée il y a une bonne dizaine d’années. Après d’innombrables rendez-vous à l’Office des brevets et autant de sessions dans son atelier, Joe Ramirez est désormais en mesure de présenter son invention à Berlin, sa ville d’adoption.The Gold Projections, le fruit de ce patient travail, se compose de brefs essais cinématographiques projetés sur un écran circulaire recouvert d’or.

Metropolis rend visite à Joe Ramirez au Kulturforum de Berlin. C’est ici qu’en marge de la Berlinale, tel le grand maître d’une cérémonie secrète, il recouvre d’or un support en bois pour ensuite y projeter ses rêves cinématographiques où la décélération est reine, offrant ainsi un contrepoint au déluge d’images auquel la capitale allemande est en proie en ce moment.

Avec ses images rappelant le cinéma de Tarkovski ou la peinture de Goya, Joe Ramirez fait appareiller le spectateur pour un voyage muet à travers son propre inconscient, à la découverte de mondes oniriques lointains et de l’histoire de l’art. Les plaques dorées sont des miroirs du soi, des échos visuels renvoyant à des époques révolues, source et matrice dont la vitalité archaïque rayonne tel l’astre solaire.

Tenter de comprendre la genèse de ces images poétiques archétypales relèverait de l’hérésie. Car cet art n’appelle pas une explication qui le viderait de sa force magique, il doit être vécu au plus profond de soi, ou encore mieux, ressenti.

par Sylvie Kürsten

Joe Ramirez The Gold Projections 

du 7 au 19 février,  Exposition monographique au Kulturforum de Berlin

du 6 avril au 23 juillet, dans le cadre de l’exposition collective « Alchemie. Die große Kunst », toujours au Kulturforum de Berlin 

Joe Ramirez, Portrait, 2016
Joe Ramirez, Portrait, 2016  © Donata Wenders