Musique

Camille Thomas

étoile montante
Son dernier cédé s’intitule « Réminiscences », et c’est un monument dédié non seulement à la musique française « fin de siècle », mais aussi à Paris.
Metropolis - Camille Thomas
Camille Thomas Camille Thomas Camille Thomas

Camille Thomas

Depuis sa nomination aux Victoires de la musique classique en 2014 et son sacre comme « Nouveau talent de l’année » au concours de l’UER, la jeune virtuose Camille Thomas fait une carrière des plus ascensionnelles. Elle écume maintenant les salles de concert de toute l’Europe. La notoriété de cette violoncelliste franco-belge n’est plus à faire en France. En Allemagne, elle n’est encore connue que des initiés.

Dans son premier album, Réminiscences, elle interprète sur un instrument rare, un violoncelle de concert ayant appartenu au luthier napolitain Ferdinando Gagliano, des œuvres rarement jouées de compositeurs français et belges fin-de-siècle. L’instrument, qui date de 1788 et qui a été généreusement mis à sa disposition par le magnat des grands vins Bernard Magrez, a donc exactement 200 ans de plus que la musicienne, née en 1988 à Paris. Après ses études à Berlin, elle est retournée à Montmartre. Metropolis l’a accompagnée dans Atelier Cels, la lutherie de Balthazar Soulier à Paris et lors d’un concert enregistré à Radio France, où elle était invitée par Rolando Villazon. Le fameux ténor n’est pas le seul à admirer sa présence sur scène, la variété de son jeu, son sens du timbre et de la création acoustique.

Par Marion Ammicht

Dates des concerts :

8.2. Elmau, 12.2. Bruxelles, 16.2. Munich, 6.3. Lausanne, 13.5. Lille, 19.5. Amiens, 30.6./4.-7.7. Cork

Album Réminiscences, paru chez La Dolce Volta

Camille Thomas
Camille Thomas   © Jan Lukas