le style

le style : le "Bauhaus"

Karambolage 226 - 23 janvier 2011
Volker Saux nous raconte maintenant l’histoire d’un grand, grand mouvement artistique allemand, l’histoire du "Bauhaus".

Weimar... Si vous connaissez un peu l'histoire allemande, cette ville vous dit forcément quelque chose.

Weimar, c'est un peu grandeur et décadence de l'Allemagne : elle a accueilli Goethe, a vu naître la fameuse République de Weimar, le régime politique de l'Allemagne entre 1919 et l'élection d'Hitler, et a abrité dans ses environs le tristement célèbre camp de "Buchenwald".

Et c'est aussi à Weimar qu'est née l'une des plus importantes écoles artistiques allemandes du XXe siècle: le "Bauhaus".

"Bauhaus" : pour un Français, c'est un mot qui sonne un peu austère, un peu froid. Il cache pourtant une véritable révolution artistique, sans laquelle le design et l'architecture du Xxe n'auraient pas eu le même visage. Il a vu passer des artistes très célèbres, comme Wassily Kandinsky et Paul Klee, tous deux professeurs à l'école du "Bauhaus".

Car oui, le "Bauhaus", que l'on pourrait traduire par "la maison de la construction", c’est avant tout le nom d'une école.

Elle fut créée à Weimar en 1919, par Walter Gropius, un architecte de 36 ans connu pour son style audacieux : des lignes et des angles droits, des façades en verre, pas d'ornement. Cela nous semble banal aujourd'hui - mais à l'époque, c'est carrément novateur.

Nommé directeur des deux écoles d'art de Weimar, l'école des Arts appliqués et l'école des Beaux-arts, Gropius décide de les fairefusionner pour créer le "Staatliches Bauhaus zu Weimar", que l'on appellera "Bauhaus".

La grande idée du "Bauhaus", c'est de ne plus faire de distinction entre les beaux-arts, c'est à dire "l'art pour l'art", et les arts appliqués, c'est à dire l'art pour les objets. C'est une philosophie qui était déjà en germe au XIXe siècle, avec des mouvements comme "Arts & Crafts" en Angleterre, ou encore l'Art nouveau.

Au "Bauhaus", on apprend donc à créer des objets à la fois esthétiques, fonctionnels et innovants, destinés à une production en série, pour que l'art puisse entrer dans la vie quotidienne. Les élèves suivent et des cours de théorie artistique, où ils apprennent la forme, la couleur, avec des professeurs comme Paul Klee et Kandinsky et des ateliers techniques : de tissage, de poterie, de métal, de menuiserie, d'imprimerie... Là, ils apprennent les techniques, et créent aussi des prototypes d'objets.

Dans le style, le "Bauhaus" est très moderne : l'esthétique est simple, épurée, avec beaucoup de matériaux novateurs comme l'acier et le verre. Il y a peu de fioritures. On est dans la lignée des courants d'avant-garde de l'époque, notamment l'art abstrait géométrique : les toiles de Piet Mondrian, ou le constructivisme russe.

Regardez, par exemple, cette lampe de 1924. Ou encore la chaise Wassily de Marcel Breuer, en 1922. C'est la première chaise en tubes d'acier jamais imaginée ! La grande affaire du "Bauhaus", toutefois, la discipline ultime, c'est l'architecture. D'ailleurs, tous les directeurs de l'école du "Bauhaus" étaient architectes !

Là aussi, l'idée est de simplifier les formes, d'épurer, de standardiser. Pour avoir une idée de l'architecture "Bauhaus", regardez par exemple "le Haus am Horn", construit à Weimar en 1923. Le but était de faire quelque chose de confortable, d'économique, de fonctionnel.  A l'époque, vous imaginez le choc !

Regardez aussi ces bâtiments de l'école à Dessau. Vous remarquez l'importance des grandes ouvertures vitrées ? C'est l'une des caractéristiques de l'architecture "Bauhaus". Dessau, c'est la ville où l'école du "Bauhaus" déménage en 1924. A Weimar, le "Bauhaus" et ses étudiants, avec leurs idées d'avant-garde et leurs tendances communistes, étaient plutôt mal vus. Ils finirent donc par aller s'installer ailleurs.

Au fil des années, l'école du "Bauhaus" évolue. Avec son nouveau directeur, Hannes Meyer, qui arrive en 1928, elle se radicalise. Meyer veut aller vers des créations encore plus simples et plus fonctionnelles, accessibles même aux couches pauvres de la société. Puis, arrive le dernier directeur, Ludwig Mies van der Rohe. En 1932, l'école quitte enfin Dessau pour Berlin. Elle ferme un an plus tard quand les nazis prennent le pouvoir.

L'école du "Bauhaus" est morte, mais pas son esprit ! Beaucoup d'étudiants et de professeurs fuient l'Allemagne pendant le nazisme, et propagent leurs idées dans le monde entier. Ainsi, la plus grande concentration de bâtiments "Bauhaus" au monde se trouve...  à Tel Aviv !

Bien d'autres partent vers les Etats-Unis. Ainsi, Mies van der Rohe, le dernier directeur, dirige l'école d'architecture de Chicago, et contribue à l'apparition des grands gratte-ciel en verre, métal et béton que nous connaissons tous. C'est lui qui dessine ainsi dans les années 1950 le "Seagram Building" de New York. Walter Gropius, le premier directeur, on se le rappelle, se retrouve à la tête de l'école de design d'Harvard. Quant à Laszlo Moholo Nagy, l'un des enseignants célèbres de l'école, il fonde à Chicago le "New Bauhaus".

L'influence du "Bauhaus" a été déterminante pour l’architecture : Il l’a introduit dans la modernité  – quitte à l'amener vers ce côté froid et inhumain qu'on lui a reproché ; il a imposé de nouveaux matériaux ; il a aussi développé l'idée qu'un objet pouvait être à la fois simple, esthétique, fonctionnel et accessible au plus grand nombre : c'est l'idée du design, aujourd'hui omniprésente.

Texte : Volker Saux
Image : Louis Rigaud

le style : le "Bauhaus" est disponible sur le DVD 10