le portrait

le portrait : Helene Fischer

Karambolage 430 - 6 mai 2017
Vous n’avez sans doute jamais entendu parler de Helene Fischer. Il était grand temps que Prune Antoine comble ce manque et nous présente cette icône de la chanson populaire allemande.
Karambolage 430 - Helene Fischer
le portrait : Helene Fischer le portrait : Helene Fischer le portrait : Helene Fischer

J'ai rencontré Helene Fischer grâce à mes voisins de palier. Depuis huit ans, j'ai dû me faire à leur habitude, certes pénible mais culturellement enrichissante : l'écoute à plein volume d'Hélène Fischer, la « Britney Spears allemande » qui, avec sa crinière blonde platine et ses mini-jupes jaunes enflamme les charts outre-Rhin. Et pas avec n'importe quelle musique : non, Helene Fischer, 32 ans, est la reine des « Schlager ». Vous savez, ces chansons populaires, très ringardes et très allemandes.

helene_fischer_1_copie.jpg

Grâce à mes voisins, je connais donc par cœur le fameux tube « Atemlos durch die Nacht » : « à bout de souffle à travers la nuit », qui évoque une virée en boîte, des tatouages et un amour brisé. Je l’entends aussi au club de fitness, dans la file d'attente de chez Netto, et bien sûr à la radio. C'est comme si toute l'Allemagne écoutait Hélène Fischer bramer ses problèmes de coeur. Rien d'étonnant à cela : « Atemlos durch die Nacht » est devenu le tube de l'année 2015 en Allemagne, vendu à des millions d'exemplaires et remportant un nombre de prix incalculables.

helene_fischer_7_copie.jpg

Helene Fischer s’appelle en vérité Jelena Petrowna. Elle est née en Sibérie en pleine Pérestroïka, d’un couple de « Russlanddeutsche », des Allemands vivant en Russie. C'est en 1988 que la famille s'installe dans l'Ouest de l'Allemagne. Son père, prof de sport, lui apprend les flips acrobatiques, sa mère, ingénieure, l'encourage. À l'époque, Helene est une enfant de la balle aux bonnes joues rondes et à la coupe méchée et choucroutée. Elle étudie le chant, la danse et la gymnastique, puis se produit dans des mariages et des fêtes populaires. En 2005, sa mère envoie une maquette de sa fille à un producteur qui décide de la signer sur son label. Très vite, Helene enchaîne les disques, les passages télés, les concerts. Et au bout d’une décennie de marketing bien rôdé et de hits matraqués, la voilà l'icône du Schlager allemand, un phénomène de société et une véritable poule aux oeufs d'or.

helene_fischer_13_copie.jpg

Multi-primée, égérie de marques 100% allemandes, comme Volkswagen ou Tchibo, elle anime sa propre émission à la télévision, le Helene Fischer Show possède sa statue de cire au musée Madame Tussauds, s'engage dans la lutte contre la prostitution enfantine, a lancé son propre parfum et remplit le stade olympique de Berlin. Son dernier exploit : un disque de platine en… trois jours. Tout le monde l’adore mais certains ne l’admettraient jamais. Un sondage désigne la chanteuse comme la petite fiancée rêvée des hommes allemands… et de leurs belles-mères ! Hélas pour eux, la belle Helene file depuis huit ans le parfait amour avec Florian Silbereisen, son équivalent au masculin, un chanteur de Schlager grand, beau, lisse. Tels Barbie et Ken, les deux tourtereaux qui partagent une villa à Majorque mais vivent séparés en Allemagne, sont le couple de rêve du show-biz allemand.

helene_fischer_23_copie.jpg

La presse à scandales n'a hélas pas grand chose à se mettre sous la dent. Pas de drogue, pas de crise de nerf, infatigable comme une poupée mécanique, Helene reste saine, souriante et professionnelle. Le journal Bild l'a surnommée « die Ich-Kann-Alles Frau », « La femme qui peut tout ». Elle est un témoignage vivant de cette légendaire « deutsche Qualität », le nouveau visage de l'Allemagne qui gagne - presque insupportable de perfection d'ailleurs. Chose étrange, le succès de cette prima donna de l’industrie musicale n’a jamais franchi les frontières du pays. Un peu comme notre Johnny Halliday national d'ailleurs. « Who the fuck is Helene Fischer » s'interrogeait par exemple un magazine berlinois pour expat.

helene_fischer_16_copie.jpg

La passion des Allemands pour Helene Fischer ne va pas sans risques. En 2015, le Berliner Zeitung a rapporté l'histoire de cette femme dans le Brandenburg dénoncée par ses voisins et arrêtée par la police pour avoir écouté une nuit, en boucle et à fond, Helene Fischer. Cet article, je l'ai précieusement gardé, avant de le glisser gentiment sous la porte de mes voisins.

 

Texte : Prune Antoine
Image : Sebastian Peterson