Santé

Séquençage de l’ADN : quels bénéfices pour la santé ?

Émission du 5 novembre 2016
La couleur de nos yeux, de nos cheveux, de notre peau ou encore notre taille… Notre apparence physique est conditionnée par notre patrimoine génétique. Caché au cœur de nos cellules, l’ADN renferme également de nombreuses informations sur notre santé. Aujourd’hui, à partir d’un simple échantillon de salive ou de sang, les médecins peuvent découvrir nos risques de développer certaines maladies graves, avant même l’apparition des premiers symptômes. Demain, le séquençage de nos gènes pourrait bien devenir une pratique médicale courante. Quels sont les bénéfices et les limites de cette révolution génétique pour notre santé ? L’ADN est-il une molécule miracle qui va permettre de diagnostiquer et soigner toutes les maladies ?
FutureMag - Séquençage de l’ADN : quels bénéfices pour la santé ?
Séquençage de l’ADN : quels bénéfices pour la santé ? Séquençage de l’ADN : quels bénéfices pour la santé ? Séquençage de l’ADN : quels bénéfices pour la santé ?

Séquençage de l’ADN : quels bénéfices pour la santé ?

Et vous, qu'en pensez-vous ?

Pour aller plus loin : 

  • En juillet 2016, l’astronaute de la NASA Kate Rubins a réalisé le premier séquençage d’ADN dans l’espace, à l’aide de l’outil MinION développé par l'entreprise Oxford Nanopore Technologies. Dans l’espace, le séquençage d’ADN pourrait être utilisé pour la surveillance microbiologique de la nourriture présente dans la Station spatiale internationale ou encore pour l'identification de microbes dans l'environnement. Qui sait si un jour, cette technique pourrait permettre d’identifier des formes de vie extraterrestres...?
  • Illégal en France (sauf prescription médicale), le séquençage d’ADN est plébiscité dans le reste de l’Europe de même qu’en Amérique du nord. Face à une demande croissante, la start-up 23andme propose même un test à moins de 100€. L’entreprise belge DNAvision déclare pour sa part recevoir plus de mille demandes de particuliers par an ! Un engouement mondial qui permet à Jay Flatley, à la tête d’Illumina, l’entreprise leader dans le domaine en Californie, de voir grand : selon lui, ce marché pourrait atteindre les 20 milliards de dollars dans les prochaines années.
  • Aujourd’hui, un séquençage d’ADN demande entre 3 et 4 heures. Et si on réduisait cette attente à… 10 minutes ? Grâce à l’invention d’Aurélien Bancaud, chercheur au CNRS, cela pourrait bientôt être possible. Baptisée MicroLAS, cette méthode consiste à faire passer directement le champ électrique dans l'ADN déposé non plus sur du gel mais sur une petite puce, semblable à une puce d'ordinateur, où sont collés des circuits fluidiques sur du silicium. Beaucoup plus sensibles que la matrice de gel utilisée habituellement, les puces permettent de passer outre l’étape de concentration de l’ADN avant le séquençage (jusqu’ici indispensable pour permettre la lecture) de même que la préparation du gel.