Santé

Jenna Arnold : l’entrepreneur qui ré(Organize) le don d’organes aux États-Unis

Émission du 18 juin 2016 (rediffusion)
Se déclarer donneur d’organe en un clic ? C’est désormais possible aux États-Unis. Alors que 18 personnes y meurent chaque jour dû à l’absence de greffe, et que seulement 40 % des Américains sont enregistrés comme donneurs d’organes, la start-up Organize pourrait faire bouger les lignes d’un système parcellé outre-Atlantique.

À l’initiative de ce service lancé en février dernier se tient Jenna Arnold, 33 ans, qui cache derrière ses grands yeux bleus une détermination à toute épreuve. Son crédo : “Repérer les opportunités pour innover et améliorer les systèmes qui peuvent rendre le monde meilleur et faciliter la vie des gens” affirme la jeune femme, “De fait, il y a une longue liste de choses à faire !”.

D’une expérience personnelle à une réalisation professionnelle

Diplômée en astrophysique de l’Université de Miami et en développement international de l’éducation de la prestigieuse Université de Columbia, Jenna reconnaît s’inspirer de son entourage pour faire progresser ses idées : « J’ai la chance d’être entourée d’individus qui placent la barre très haut en termes d’impact social sur le monde ».

 

En 2013, lors d’une réception organisée par la Fondation Clinton, Jenna rencontre Greg Segal, investisseur de Rethink Education et porteur d’un projet innovant à destination des patients en attente de greffe. Elle saisit alors l’occasion de mettre ses connaissances et ses envies à profit : « Le père de Greg, a attendu 5 ans avant de bénéficier d’une greffe de cœur. Lorsque nous avons commencé à travailler ensemble, notre objectif était de réduire cette attente. C’est resté notre cible jusqu’à maintenant ». Organize était né.

organize_0.png

 

Unifier un système parcellé

Mais le but n’est pas si facile à atteindre compte tenu du marché américain : « L’une des difficultés des États-Unis, c’est de travailler sur 52 États différents sans aucun système centralisé, et aucun lieu unique pour s’enregistrer précisément. Nous avons donc créé le premier réseau central du pays, une « place d’arrêt » où les habitants de 37 pays (pour le moment) peuvent faire part de leur volonté de donner leurs organes. »

Design de service et interface attractive, les deux associés ont dû redoubler d’inventivité pour créer un service adapté aux usages des citoyens connectés : « Nous avons travaillé sur une interface mobile simple d’accès. Quand une personne se connecte sur Organize, elle entre son code postal. Elle remplit ensuite les différents champs exigés par chaque État. Une fois le processus terminé, leur inscription est effectuée sur notre service et transmise à l’administration de l’État où ils vivent. »

Les réseaux sociaux : premier support pour faire connaître son choix

Pour toucher une large population, c’est sur les réseaux sociaux que Jenna et Greg ont choisi de s’appuyer : « Nous utilisons Facebook, Twitter et Instagram pour encourager les gens à manifester leur soutien au don d’organe, même s’ils ne sont pas Américains. L’idée, c’est de faire une sorte de « déclaration sociale » en ligne. Pour ça, les internautes utilisent souvent des hashtag #DonateMyParts. 

 

organize_add_cut.jpg

 
 

Car on le sait, partager son opinion concernant le don d’organe avec ses proches est la première pierre à l’édifice : « Informer son entourage, c’est s’assurer que sa volonté sera respectée ». C’est d’ailleurs via des campagnes marketing fortes que Jenna Arnold affirme vouloir développer son service : « Pour nous développer à grande échelle, nous devons nous faire remarquer et encourager les gens à rejoindre notre lutte ».

 

Et afin de désamorcer toute polémique, Jenna Arnold l’assure, Organize n’enregistre pas de données de santé sur les patients : « Nous ne le faisons tout simplement pas car ça ne figure pas dans les pré-requis d’une inscription comme donneur d’organe, et les données que nous enregistrons sont toutes chiffrées. »

Alors, à quand une application européenne pour une meilleure organisation du don d’organe ?

Par Camille Gicquel

 

Pour en savoir plur sur Organize, c'est par ici.