Ni Dieu ni maître - Une histoire de l'anarchisme (2/2)

Diffusion le mardi 11 avril 2017 à 22h05 (71 min)
Du manifeste fondateur de Proudhon (1840) à la chute de Barcelone (1939), cette fresque documentaire fait revivre la richesse foisonnante d'un mouvement multiforme, montrant combien l'anarchisme continue d'irriguer tout le champ des luttes sociales et politiques. Second volet : La mémoire des vaincus (1911-1945).
Ni Dieu Ni Maitre - Une Histoire De L'Anarchisme (2)
Ni Dieu ni maitre - Une histoire de l'anarchisme (2/2) Début du XXe siècle : Mexique, Russie, Etats-Unis, Espagne, partout les anarchistes se battent... et perdent. Ni Dieu ni maitre - Une histoire de l'anarchisme (2/2)

Ni Dieu ni maitre - Une histoire de l'anarchisme (2/2)

Début du XXe siècle : Mexique, Russie, Etats-Unis, Espagne, partout les anarchistes se battent... et perdent.


2. La mémoire des vaincus (1911-1945)

Insurrectionnaliste, individualiste, illégaliste, végétariens, anarcha-féministe, anarchiste chrétien ou encore anarcho-primitiviste, l'anarchisme a presque autant de sensibilités qu'il n'a de figure et s'il semble aujourd'hui minoritaire, on oublie trop souvent qu'il fut un temps où il domina le monde.

Et pourtant au sortir de la première guerre mondiale, en Europe, l'anarchisme semblait avoir perdu presque toute son influence.

Ce n'étaient pas seulement les attentats des propagandistes par le fait, ni même la proclamation à cors et à cris des lois scélérates, qui l'avaient rendu inaudible, mais bien plutôt les bombes qui, de Verdun à la Somme, en passant par le Chemin des dames, en assassinant dans certains pays près du tiers des travailleurs, avaient réduit au silence la masse des militants. Sans parler de ces millions d'amputés, de traumatisés et de gueules cassées pour lesquels la révolution n'étaient plus une priorité.

Mais à la périphérie des grands pays industrialisés, au pourtour du monde occidental, les anarchistes ont survécu. Ils s'organisent, se rassemblent aux marges des empires, reprennent les armes et essaient partout de faire triompher leur idéal.

Or pour l'emporter, face à une Réaction, qui elle aussi a de nombreux visages, les libertaires ne peuvent plus seulement imaginer de douces utopies et inventer de généreuses pratiques.  Dans cet entre-deux guerres fécond, où le capitalisme enfante ses deux bêtes immondes, stalinisme et fascisme, face à l'hydre totalitaire qui, généralise un peu plus le vol et industrialise la mort, ils doivent mener une guerre sur tous les fronts et plus que jamais prouver dans les faits l'efficacité de leur pensée.

C'est ainsi, qu'au Mexique, en Russie ou en Espagne notamment, que les anarchistes vont conduire, au nom de la justice et de la liberté, certaines des plus grandes révolutions du 20ème siècle et écrire en lettre rouges et noires une nouvelle page de notre histoire.