Ni Dieu ni maître - Une histoire de l'anarchisme (1/2)

Diffusion le mardi 11 avril 2017 à 20h50 (71 min)
Du manifeste fondateur de Proudhon (1840) à la chute de Barcelone (1939), cette fresque documentaire fait revivre la richesse foisonnante d'un mouvement multiforme, montrant combien l'anarchisme continue d'irriguer tout le champ des luttes sociales et politiques. Premier volet : la volupté de la destruction (1840-1914).
Ni Dieu Ni Maitre - Une Histoire De L'Anarchisme (1)
Ni Dieu ni maitre - Une histoire de l'anarchisme (1/2) Opposés à la propriété privée, les anarchistes ont aussi inauguré un terrorisme international bombe à la main. Ni Dieu ni maitre - Une histoire de l'anarchisme (1/2)

Ni Dieu ni maitre - Une histoire de l'anarchisme (1/2)

Opposés à la propriété privée, les anarchistes ont aussi inauguré un terrorisme international bombe à la main.

1. La volupté de la destruction (1840-1914)

Né du capitalisme, frère ennemi du communisme d'État, l'anarchisme n'a eu pourtant de cesse de souffler son vent de liberté et de révolte sur le monde.

Depuis la Commune de Paris jusqu'à l'émergence des premières grandes organisations syndicales, de l'apparition de milieux libres avec leurs pratiques de vie alternatives jusqu'à la mise en place d'écoles libertaires, le mouvement anarchiste a été à l'origine des premières révolutions et, sur les cinq continents, l'un des principaux promoteurs des grandes avancées sociales.

Mais d'où vient donc l'odeur de souffre qui précède chacun de ces sombres cortèges ? Est-ce parce que ces révolutionnaires ont justifié la violence insurrectionnelle et à l'occasion, à l'instar de Ravachol ou Bonnot, été parmi les premiers à jouer du couteau ou du révolver et à faire parler la poudre ? Ou ne s'agit-il là que d'un triste malentendu, une noire légende, voire un simple fantasme médiatique et policier, qui aurait dessiné le portrait de ces utopistes savants en apôtre de la destruction ?

De France au Japon et de Chicago à Buenos Aires, la Volupté de la destruction révèle les origines de cette pensée et dresse le portrait de ceux qui furent les pères fondateurs du mouvement libertaire. Mais, en revenant aussi sur les principaux évènements de l'histoire ouvrière de la fin du 19ème et du début du 20ème (la création de l'internationale, fête du premier mai, attentats à la Belle époque, bataille pour la journée de huit heures), il dévoile surtout le rôle fondamental joué par les anarchistes dans le mouvement social au 19ème siècle et au début du 20ème.