Bertrand Périer et Eddy Moniot / Radicalisation : comment empêcher le passage à la violence ?

Lundi 20 mars 2017
28 Minutes - 12ème Série (141/220)
28 minutes Banlieue : l'éloquence est une arme / Radicalisation : comment empêcher le passage à la violence ? 28 minutes

28 minutes
L'art oratoire en banlieue / Radicalisation : le passage à la violence

Banlieue : l'éloquence est une arme / Radicalisation : comment empêcher le passage à la violence ?
 

 

Banlieue : l'éloquence est une arme 

avh_10956361_johan-kmiecik.gif

« Les Hommes ont inventé la littérature, mais la littérature le leur a bien rendu » a écrit Denis de Rougemont. Reflet de notre identité, le français s’est ajusté pendant 14 siècles, s’énonce au Québec, sur les îles, en Afrique : la langue française est un héritage et un partage. Elle n’est pas statique et se nourrit de nos imaginaires.

L’association Éloquentia enseigne l’éloquence à l’Université de Saint-Denis. Des dizaines d’étudiants s’exercent, jouent, révisent leurs expressions, leurs gestes, pour trouver les mots justes, changer les regards, renouer l’échange de la parole. Car la parole et l’éloquence sont des armes, un art qui peut être aussi un combat.

Bertrand Périer, professeur d’art oratoire, pousse ses élèves à trouver une parole libre, aboutie. Eddy Moniot, lauréat 2015 du concours Éloquentia de Saint-Denis, est l’un des protagonistes du film « À voix haute, la force de la parole ». Ils seront avec nous ce soir.

Radicalisation : comment empêcher le passage à la violence ? 

reavii_00159583.gif

En 2015, le FSPRT  (fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste) comptait plus de 3000 fichiers. Après la mise en place d’un numéro vert et les signalements centralisés des services d’État, on compte près de 16 000 fichiers.

Ces données permettent certes d'affiner le profil type de l'endoctrinement, mais les expériences de déradicalisation menées en France ou à l’étranger n’amènent que très peu de résultats "positifs".

Comprendre les processus intérieurs des personnes radicalisées, prévenir leur embrigadement, semblent être des étapes primordiales avant de trouver une possibilité de décrochage à cette idéologie. Mais suffisent-elles pour empêcher le passage à la violence ?

Ce soir, pour en débattre avec nous, le sociologue au CNRS, Michel Fize, Abdelghani Merah, qui a terminé dimanche sa marche contre la montée de l’intégrisme religieux et Nadia Remadna, fondatrice de la Brigades Des Mères.