Ai Weiwei / Les agressions sexuelles en Suède, en Allemagne et en Autriche

Jeudi 14 janvier 2016
Au programme : l'un des plus grands artistes de notre temps, puis un débat sur la communication autour des agressions sexuelles massives dont sont accusés les migrants.

Ci-dessous, visionnez le replay de l'émission en version enrichie ! Des pastilles vont apparaître : cliquez dessus pour accéder à des bonus qui vous permettront d'aller plus loin : interviews, vidéos, infographie... Plein écran conseillé !

 

 

Chine : un artiste contre le pouvoir

teaser_ai_wei_wei.jpg

L’artiste contemporain chinois Ai Weiwei crée un art provocateur et profond. Sculpture, photographie et architecture font partie entre autres de son champ de création. Son activisme politique jaillit du cœur de ses œuvres, il dénonce notamment les dérives du régime chinois en détournant des objets symboliques. Cyber militant, il va à la rencontre des migrants sur l’île de Lesbos qu’il photographie et diffuse sur les réseaux sociaux. Son exposition « Child’s play » aura lieu du 16 janvier au 20 février au Bon Marché à Paris puis il exposera son œuvre Tree à la Fondation Louis Vuitton à partir du 27 janvier.

Ai Weiwei est notre invité ce soir, en exclusivité.

Suède, Allemagne et Autriche : pourquoi le silence sur les agressions sexuelles ?

teaser_allemagne.jpg

Les nombreuses agressions sexuelles contre des femmes en Allemagne ont fait surgir des révélations en Autriche et en Suède. En Autriche, des dépositions de femmes ont été recueillies pour des agressions survenues également dans la nuit de la Saint-Sylvestre. En Suède, la police aurait caché des agressions sexuelles remontant à 2014 et à 2015. Les autorités allemandes évoquent un «taharrush gamea», un phénomène assez répandu dans le monde arabe d’agressions sexuelles collectives lors de rassemblements. Alors que les nationalités des agresseurs sont peu à peu révélées, pourquoi avoir fait le choix de taire des évènements d’une telle ampleur ?

Pour en débattre nous recevons ce soir la journaliste Caroline Fourest, la directrice de la Revue des deux mondes Valérie Toranian et le sociologue Éric Fassin.

Art