Décryptage

Les séries historiques, pourquoi ça marche ?

Par Marjolaine Boutet
Avec les séries policières, les séries historiques sont le genre le plus exploré par le petit écran, partout dans le monde. Décryptage d’une vague planétaire.

Recréer une époque révolue. Les séries historiques s’inscrivent dans une longue tradition de récits populaires, fondés sur des héros fictifs ou ayant réellement existé. De L’Illiade aux romans-feuilletons du XIXème siècle en passant par les conteurs et les troubadours, les sociétés humaines aiment se raconter leur passé, en revisiter les grands événements ou faire revivre les grands personnages.

Le sens de la durée. La forme longue, découpée en épisodes, permet de traverser une époque dans la durée et de s’attarder non pas seulement sur les événements (c’est le cas des films), mais sur les détails du quotidien, la succession des générations, et de renouer ainsi les liens entre le passé et le présent. C’est pour cela que beaucoup de séries historiques sont aussi des sagas familiales.

La quête des origines. La plupart des séries historiques retracent les heures glorieuses du passé national. Ainsi, les Américains ont produit des centaines de séries westerns des années 50 aux années 70 (Bonanza, Au nom de la loi), tandis que les Britanniques adorent revisiter la période victorienne (La Dynastie des Forsyte) et les Chinois la période médiévale (Le Chant du Palais de la Grande Clarté).
En France, la Belle Epoque (Les Brigades du Tigre, Maison Close), le Moyen-Age (Les Rois maudits, Inquisitio) ou le Siècle des Lumières (Nicolas Le Floch) fascinent.

L’exotisme. Les séries historiques offrent aux téléspectateurs un monde étrange, révolu, où les valeurs et les mœurs sont différentes.
Les séries historiques récentes (Rome, Les Tudors, Borgia) s’en donnent ainsi à cœur joie dans la mise en scène du sexe et de la violence pour satisfaire les nouvelles attentes du public.

Une réflexion morale et politique. Comme les séries de science-fiction, les séries historiques se servent aussi du décalage temporel pour proposer aux téléspectateurs des réflexions profondes sur le pouvoir et sa représentation (Rome), la naissance de l’Etat (Deadwood), l’identité (Mad Men), ou encore le Bien et le Mal (Carnivalè).

Des questions sur le passé pour mieux comprendre le présent. En réalité, les séries historiques interrogent toujours le passé pour nous permettent de mieux comprendre notre présent. Ainsi, elles se concentrent aujourd’hui sur les périodes de bouleversements sociaux majeurs : le passage de la République à l’Empire romain (Rome), la sédentarisation des peuples guerriers scandinaves (Vikings), la Renaissance (Les Tudors, Borgia), l’Indépendance américaine (Turn), l’entre-deux-guerres (Downton Abbey, Peaky Blinders, Boardwalk Empire), les années 1960 (Mad Men).

Les périodes de guerre sont ainsi des époques particulièrement explorées par les séries historiques.
Il ne s’agit plus aujourd’hui de célébrer la grandeur nationale, mais de souligner les zones d’ombre et les difficultés rencontrées par nos ancêtres, tout en se rappelant que si nous sommes là aujourd’hui c’est qu’ils les ont surmontées. Une façon de se rassurer sur notre capacité à relever les défis du présent.

Marjolaine Boutet